flux RSS Association St Christophe



Contact   -  informations légales  -  plan du site  -  dernière mise à jour le 16 septembre 2017
Les coordonnées de l'association

Les messages

Ces messages peuvent vous paraître durs vis-à-vis de l’Eglise et des prêtres mais ce n’est pas le cas puisque la Sainte Vierge à demandé de manière incessante que l’on prie pour eux.


18 octobre 1961

Message donné par l’Ange


Il faut : « faire beaucoup de sacrifices, beaucoup pénitence ; Visiter le Saint Sacrement ; Mais auparavant, il nous faut être très bon.

Et si nous ne le faisons pas, nous viendra un châtiment. La coupe se remplit, et si nous ne changeons pas, Nous viendra un châtiment très grand.


19 et 23 juin 1962

La Sainte Vierge a dit


« Qu’il viendrait un temps où l’Eglise donnerait l’impression d’être sur le point de disparaître... Elle subirait une grande épreuve...

Que le monde ne change pas, qu’il n’a changé en rien ; que peu verront Dieu ; ils sont si peu nombreux qu’elle en a de la peine.

Quel dommage qu’il ne change pas ! Le châtiment arrive. Comme tout le monde ne change pas, la coupe se remplit ».

« Comme la Vierge était triste » nous disent les 4 petites ! « Bien qu’Elle ne nous le fasse pas voir, car elle nous aime tant...

Elle le supporte seule, parce qu’Elle est bonne. Soyez tous bons, pour que la Vierge soit heureuse ! »


18 juin 1965

Message donné par l’Ange


« Comme on n’a pas accompli et comme on n’a pas fait connaître beaucoup au monde mon message du 18 octobre,

Je veux vous dire que celui-ci est le dernier. Auparavant la coupe de la colère divine se remplissait ; Maintenant, elle déborde.

Les cardinaux, évêques et prêtres marchent nombreux sur le chemin de la perdition et entraînent avec eux beaucoup plus d’âmes.

A l’Eucharistie, on donne sans cesse moins d’importance. Vous devez faire les efforts pour éviter la colère de Dieu qui pèse sur vous.

Si vous lui demandez pardon, avec des âmes sincères, Il (Dieu) vous pardonnera.

Moi, votre Mère, à l’intercession et par l’intermédiaire de Saint Michel, Je peux vous dire qu’il faut que vous vous amendiez.

Déjà, vous êtes dans les derniers avertissements. Je vous aime beaucoup et je ne veux pas votre condamnation.

Priez-nous sincèrement, et nous vous exaucerons. Vous devez vous sacrifier davantage. Méditez la passion de Jésus ».


Ce message confirme celui de La Salette, du

19 septembre 1846



« Plusieurs abandonneront la Foi et le nombre de prêtres et de religieux qui se sépareront de la vraie religion sera très grand ;

parmi ces personnes se trouveront des évêques... »