C’était en août 1998 !

Classé dans : Non classé | 0

Il s’agissait de notre premier voyage à Garabandal, organisé au pied levé.

C’était avec un car couchettes, le seul que je n’ai jamais organisé de ma vie.

Déjà, à Cosio, à la vue du panneau directionnel « San Sebastian de Garabandal >> 5,3 km » la moitié du car avait la larme à l’œil. C’était pour beaucoup la première fois, événement que j’attendais personnellement depuis 1970…

Mais lorsque nous sommes arrivés à l’entrée du village, ce fut autre chose !

Sur le petit muret, à gauche, face à la maison natale de Mari-Cruz, nous avons aperçu 4 petite filles qui ressemblaient étrangement aux petites voyantes au moment des apparitions…

C’est la réflexion que j’ai faite au conducteur de l’autocar : « on dirait les voyantes au moment des apparitions ! »

D’autant plus qu’elles portaient les mêmes vêtements que sur la photo ci-jointe…

Elles nous ont fait un petit coucou et elles sont parties. De tout notre séjour au village, nous ne les avons pas revues !

C’est après que nous avons compris…

« C’est le Ciel qui nous les a envoyées pour nous accueillir et pour nous encourager à accomplir la tâche que nous a assignée le Ciel : emmener un maximum de pèlerins au village pour le Grand Miracle ! »

Bon nombre de pseudos voyants ou prétendus héritiers du dossier Garabandal ne peuvent se vanter d’avoir été accueillis de cette façon-là !

Ils auront beau dire et raconter tout ce qu’ils veulent sur notre dos, nous mettre à dos toutes les autorités locales, c’est le Ciel qui nous aidera à mener notre mission à terme. Avec Dieu, on peut tout… Avec une langue de vipère, on ne peut que s’attirer l’amitié du diable, pas celle du Bon Dieu et de Notre Bonne Mère du Ciel.

Deo Gracias !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.